Les nouveaux commerces de proximité : renouveau ou retour aux sources ?

Thème

Tendance

Publication

16 janvier 2020

Partager la page

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Face aux nouvelles tendances de consommation et à la concurrence inégalable d’Amazon, nombreux sont ceux qui prédisent depuis des années la mort du commerce de proximité.

Pourtant à l’heure où nous devrions assister aux sombres obsèques de cette typologie de commerce, nous constatons à l’inverse l’émergence de nouveaux concepts de magasins. Réel renouveau ou simple retour aux sources ?

Les enjeux du commerce de proximité d’aujourd’hui et de demain

Le défi primordial pour le commerce de proximité est relativement simple : répondre à une nouvelle forme de consommation. Plus local, anti-gaspi, health care, en quête d’authenticité et de transparence mais également de diversité, les nouvelles attentes des consommateurs nous feraient presque penser à celles de nos grands-parents. Allons-nous pour autant faire nos courses dans de petites épiceries et droguistes comme autrefois ?

« Embryonnaires » ou « inspirants », peu importe le qualificatif que vous voudrez bien leur attribuer, nous vous proposons ici de découvrir 5 concepts de magasin qui ont su bouleverser les codes du commerce de proximité d’aujourd’hui.

  1. Le « drive tout nu »
    On connaissait le « drive piéton » (bel oxymore au passage !) mais qu’en est-il du « drive tout nu ». Rassurez-vous, pas besoin d’être naturiste pour utiliser ce concept né à Toulouse début 2018. En étant le premier service de retrait de courses 0 déchet, le Drive tout nu fait la promesse de faire ses courses de produits alimentaires, cosmétiques et ménagers de manière responsable. Comment ? En faisant le choix de valoriser les producteurs locaux pour limiter l’impact du transport, en proposant des produits en vrac ou dans des emballages réutilisables et en récompensant les clients qui ramènent les emballages consignés.
  2. Le « zéro bénéfice »
    Le réseau de magasins « Le Producteur Local » propose des produits alimentaires 100% locaux. L’entreprise ne fait aucun bénéfice, seuls les producteurs sont rémunérés sur les ventes. Né en 2015 à Rouen, ce réseau compte 4 boutiques en Normandie et 1 à Paris. Pour couvrir les frais de gestion de la structure (salaires, loyer…), les producteurs versent une contribution fixe, en fonction de leurs ressources. Considéré comme une extension de leur ferme, ce magasin est un point de vente mutualisé qui permet aux producteurs d’être plus visibles, accessibles des consommateurs et de rester maîtres de leur distribution à moindre coût.
  3. L’anti-gaspi
    Créée en Bretagne en mai 2018, l’enseigne « Nous anti-gaspi », à travers ses 5 magasins (ouverture du 6e à Paris en novembre prochain), propose de remettre en rayon les invendus et invendables à petits prix. Cela concerneles produits frais, viandes, poissons, légumes, épicerie ainsi que quelques produits d’hygiène. « Nous anti-gaspi » récupère chez ses fournisseurs des produits aux emballages non conformes, des légumes moches ou d’un calibre loin du standard, des yaourts à la DLC trop courte pour rejoindre les hypermarchés. L’enseigne les achète à un prix faible qui permet malgré tout au producteur ou à l’industriel de générer une petite recette, généralement 30 % inférieure au tarif classique. Les produits sont ensuite (re)mis en rayon à un montant 20 à 30 % plus bas que ceux pratiqués par les enseignes classiques. L’objectif à moyen terme est d’ouvrir une vingtaine de magasins en Bretagne, dans le centre de la France et dans les Pays de la Loire.
  4. Comptoir de Campagne
    Créé en 2018 dans la région Lyonnaise, Comptoir de Campagne se revendique être le premier réseau de commerces multiservices de proximité en zone rurale ! Avec 8 magasins, cette enseigne propose aux territoires ruraux (jusqu’à 2.000 habitants) des produits alimentaires de proximité, mais aussi des services de cordonnerie, pressing, retouches, repassages, livraison de gaz, des fleurs, des livres ainsi qu’un salon de thé.Une offre diversifiée et connectée puisqu’elle propose également le clic and collect.
  5. … le drugstore parisien
    Les nouveaux concepts de proximité viendraient-ils uniquement à se renouveler dans les zones péri-urbaines ou rurales ? Non, si l’on en croit ce concept de magasin né en juin 2018 à l’initiative de Franprix et L’Oréal France. Ces deux marques se sont regroupées pour former le « …le drugstore parisien ». Véritable temple de la joie, du plaisir et du bien-être cette enseigne célèbre l’égo système (« parce qu’on n’est jamais aussi beau que lorsqu’on est bien »). Exit le commerce de proximité on parle ici de commerce d’opportunité. L’objectif : répondre à tous les inattendus de la vie des métropolitains et faciliter leur quotidien. Cette enseigne compte 2 magasins à Paris aux horaires très élargies (10h – minuit) et un site e-commerce. Elle propose des produits cosmétiques, de parapharmacies, de « fun », des « kits de survie » (culotte de survie, tee-shirt de survie, …) et de snacking mais également une large offre de services : wi-fi gratuit, bornes de recharge pour mobiles, cireuse à chaussures, lavabos et coiffeuses en libre-service, pressing, point relais, espace de luminothérapie et livraison en une heure de certains produits ainsi que ponctuellement des animations et services de bien-être exclusifs.

Vous l’aurez compris, cette émergence de nouveaux concepts nous prouve qu’en terme de commerce de proximité, l’innovation reste toujours possible, surtout quand elle est portée par le bon sens.

2 rue Jacques Brel
Metronomy 3
44800 Saint-Herblain

02 28 08 20 00